3E COLLOQUE D’ALARME DU GEA

  • geaalarm3 (18)
  • geaalarm3 (16)
  • geaalarm3 (13)
  • geaalarm3 (12)
  • geaalarm3 (8)
  • geaalarm3 (4)
  • geaalarm3 (2)
  • geaalarm3 (1)
  • alarm 3 (3)
  • alarm 3 (4)
  • ALARM_03_DAVETIYE_IC_11
  • alarm3_05
  • alarm3_01
  • alarm3_02
  • alarm3_03
  • alarm3_04

23 MARS 2012

3me SYMPOSIUM DU GEA SUR LA GESTION INSTITUTIONNELLE DES SITUATIONS D’URGENCE

«Les institutions ne devrait pas être la victime en cas de catastrophe, mais doit être une partie de la solution”

 Le 3ème Symposium sur la gestion institutionnelle des Situations d’urgence (alarme 3), que nous avons organisé à la lumière des expériences que nous avons acquises au cours de tremblements de terre au Japon et à Van et où nous avons cherché à faire un pas humble vers la création d’une société qui soit mieux préparée pour de telles catastrophes, a été réalisée vendredi 23 Mars 2012, au hall d’exposition de Congrès international Lutfi Kirdar à Istanbul.

 

Pendant le Symposium d’ALARME 3, des questions telles que les actions unis devraient être prises par les principales institutions de l’économie nationale pour se préparer contre les situations d’urgence provoquées par des catastrophes des tremblements de terre-ayant la priorité-, les hauts risques qu’ils rencontrent, la minimisation de ces risques et la gestion des cas d’urgence ont été expliqués par des spécialistes à 248 gestionnaires provenant de 128 institutions des secteurs public et privés. Compte tenu du fait, conséquence de l’étude statistique faite lors du colloque, que les institutions participantes aient 218,358 employés, l’importance des formations sur le plan organisationnel a été soulignée.

 

Les discours d’ouverture du Symposium ont été faits par le Dr Fuat Oktay, Chef de Département de la gestion des catastrophes et des cas d’urgences du Premier Ministère, et par Umut Dinçşahin, le coordinateur du GEA. Durant le symposium, qui a été organisé dans le but de préparer la société et la sensibiliser sur les catastrophes, les spécialistes de la question, ont partagé leurs connaissances et expériences avec les chefs d’entreprise pour aider les organisations à être en mesure de jouer un rôle actif dans la gestion des catastrophes.

 

“L’étape la plus importante vers la préparation aux catastrophes: Partage de l’information”

Dans son discours lors de l’ouverture du Symposium, Umut Dinçşahin, coordinateur du GEA, a souligné que toutes les organisations doivent faire partie de la gestion des catastrophes et a déclaré: «Nous savons que si les gestionnaires accordent une importance à l’organisation pour se préparer aux catastrophes et prendre des mesures dans ce sens, les employés seront également impliqués dans ces activités. Cette chaîne croissante serait l’une des parties les plus importantes de la gestion des catastrophes. ”

 

Déclarant qu’ils ont observé qu’à la suite des opérations de sauvetage qu’ils avaient effectué après les tremblements de terre en Turquie et ailleurs dans le monde, la douleur ressentie pendant la catastrophe avait été transformée en expérience et convertie en informations, Dinçşahin continué, «Le partage des connaissances et de l’information est l’étape la plus importante pour la préparation aux catastrophes … Avec ce 3ème Symposium que nous avons organisé, nous avons cherché à faire un pas humble envers une société qui soit plus conscient au sujet des catastrophes. ”

 

S’exprimant sur l’analyse des risques organisationnels après M. Dinç Sahin, Richard Gordon, directeur du Centre de gestion des catastrophes de l’université de Bournemouth au Royaume-Uni, a indiqué qu’il y a des limites à ce que les gouvernements et les institutions gouvernementales peuvent faire au sujet de la gestion des catastrophes, et a déclaré: «Le besoin des entreprises pour déterminer les risques potentiels, ce à quoi ils peuvent être affronté lors de catastrophes qui se produisent en raison de la nature ou les activités humaines, pour leurs employés, les propriétés, la réputation et la continuité opérationnelle, a atteint un niveau vital qu’elle n’avait jamais atteint auparavant.

 

25 Suggestions de précaution de Nakahama

Parlant du grand tremblement de terre survenu au Japon en 2011, Yoshikazu Nakahama, secrétaire général de lAICAT, a discuté sur des questions qui devraient être pris en charge pour réduire les impacts et les dommages que des catastrophes dans l’avenir proche pourraient causer.

Nakahama a également partagé ses suggestions sur 25 importantes précautions de base, qui peuvent être prises par les familles et les organisations, avec les participants. Le premier dans sa liste des 25 points, était la question de la résistance aux séismes des bâtiments. Indiquant que la majorité des 6 mille personnes qui ont perdu la vie lors du tremblement de terre de Kobe, qui n’a duré que 10 secondes, sont morts sous les bâtiments effondrés, Nakahama a souligné que des mesures nécessaires doivent être prises et que les réparations doivent être faites pour améliorer la résistance aux tremblements de terre des maisons et des bureaux existants.

 

Soulignant que les gens devraient éviter de placer des meubles en hauteur, de la verrerie ou des matières similaire dans leurs chambres  coucher, et devraient prendre des précautions pour empêcher les meubles et les articles de s’écrouler et les choses qui sont contenues à l’intérieur d’être jeté dehors, le spécialiste japonais mentionné l’importance de la coopération entre la société , le secteur privé et le gouvernement pour la prévention des catastrophes.

Ece Süeren Ok, Directeur Administratif des RH et des Affaires de l’ITC, a partagé avec les participants, le plan de gestion des urgences de l’ITC en œuvre pour le bureau du siège et des installations à Torbalı, Izmir et dans 24 bureaux à traversla Turquie.

 

During his speech, Marg Verbeek, Former President of US International Disaster Management Union, shared his knowledge and experience on developing an evacuation plan in organizations for emergency cases, and indicated that organizations should deal with the issue of how to plan the emergency handling and evacuations in the workplace in case of a disaster. He suggested that the preparation of an evacuation plan, instructing a safe collective transfer of the employees to a safe and secure location, should come in the first place.

 

«Les risques aux bureaux peuvent être mis sous contrôle”

En évaluant les risques d’architecture des organisations, l’Assistante Prof. Zeynep Gül Ünal, vice-présidente de l’Université Technique Yildiz, Département d’Architecture, a déclaré qu’une partie significative des risques de l’architecture dans les bureaux sont contrôlables, que la détermination des risques potentiels d’exposition à des catastrophes constitue la première étape dans les efforts visant à réduire les dommages, et qu’une analyse des risques doit impérativement être faite pour chaque lieu de travail. Ünal a souligné l’importance de cette question lors de son discours: «Les endroits où vous passez le plus clair de vos heures de travail peuvent être votre sauveur ou votre Azraël “.

Lors de son discours, Marg Verbeek, ancien président de l’Union international de gestion des catastrophes des États-Unis, a partagé ses connaissances et ses expériences sur l’élaboration d’un plan d’évacuation dans les organisations pour les cas d’urgence, et a indiqué que les organisations devraient faire face à la question de savoir comment planifier le traitement d’urgence et les évacuations dans le lieu de travail en cas de catastrophe. Il a suggéré que l’élaboration d’un plan d’évacuation, chargeant un transfert en toute sécurité collective des employés à un lieu sûr et sécurisé, devrait venir en premier lieu.

ALARME 3